La Parité ? Non Merci !

 

La Parité ? Non Merci ! dans Philosophie

lavisdallex.blogspot.com

Si un tel titre peu laisser sceptique, laisser vous tout de même porter dans ces lignes et aboutir sur une conclusion qui si elle ne prétend pas être la vérité en est surement au moins une.

La parité, c’est à l’origine l’équité. Mais, cette équité ne se transforme t elle pas en une égalité ? Si l’on considère la distinction entre ces deux termes comme étant la prise en compte des cas particuliers, l’adaptation pour l’équité et l’absence de prise en compte de ces mêmes caractères pour aboutir sur une totale mise à même niveau pour l’égalité, on peut alors craindre cette transformation.

 dans Politique

lci.tf1.fr

Si le concept actuel de parité se base en quasi intégralité sur le principe de discrimination positive, il est alors à craindre. Cette discrimination d’origine étatique à pour but d’aplanir les différences ‘’injustes’’ en accélérant l’ordre naturel des choses. Ses défenseurs affirmeront qu’il n’est pas grave qu’une femme incompétente soit placée en un poste important car c’est ainsi que les inégalités s’effaceront. Sottises diront certains. D’autres féministes prétendent que la lutte sera achevée lorsqu’une femme incompétente sera placée en un poste à responsabilité tenu par un homme incompétent !  Mais quel sera le futur d’une telle action ?

Hypothèse numéro 1 : Le futur va comme décrit ci-dessus et des femmes incompétentes seront placées dans les CA des grandes entreprises si bien que le concept de parité ne vivra que pour mourir quelques temps plus tard, renié par la majorité des salariés ne voyant en elle qu’un avantage inégalitaire féminin. De plus, en souhaitant placer une incompétent à la place d’un inefficace, les féministes ne voient en leur combat qu’un intérêt égoïste, qui s’il n’est pas néfaste, ne va pas en améliorant les conditions de travail des employés.

wat.tv

Hypothèse numéro 2 : La discrimination positive est abandonnée et même si les inégalités persisteront sur un temps quelque peu plus long, les femmes pourront se réjouir d’avoir conquis l’équité de par leur seules compétences et mérites, sans avoir souhaité une égalité qui n’est en aucun cas positive et qui ne ferait que renforcer la vision que certains entretiennent des femmes.

En bref : Si la volonté d’équité bascule en désir d’égalité, la lutte féministe modérée vit ses dernières années, car, reniées par les entreprises et leurs comités, les femmes seront pénalisées par une attente alongée. Si la volonté d’équité reste telle qu’elle, et bien qu’il faille encore un peu patienter, leur droit seront garantis et respectés

Laisser un commentaire